Nero Giardini P717253d100, Chaussures de Gymnastique femme

B06ZYDP5QL

Nero Giardini P717253d100, Chaussures de Gymnastique femme

Nero Giardini  P717253d100, Chaussures de Gymnastique femme
  • Doublure: Cuir
  • Matériau de semelle: Caoutchouc
  • Fermeture: Lacets
Nero Giardini  P717253d100, Chaussures de Gymnastique femme

Coupe des réserves : les Montéchois partent favoris mais le FC Brulhois n'a pas dit son dernier mot

Montech 2/FC Brulhois 2 (vendredi à 20 h 45, à Malause).

Arbitre : M. Driss Douali, assisté de MM. Verbeke et El Haddouchi.

Diadora 171855 60024, Baskets pour femme
: Miri Abdelhafid.

Les deux formations évoluent dans le championnat de Première Division district. Les Montéchois ont effectué une balade de santé tout au long de la saison ; l'expérience de nombreux éléments ayant évolué au plus haut niveau amateur au sein du MFC donne à cette formation montéchoise un crédit avéré : le leader de la poule C répond d'ailleurs par les chiffres irréfutables ! 16 matchs gagnés, 1 nul et une seule défaite : 75 buts marqués, 10 encaissés. Le bilan laisse supposer une finale placée sous l'angle de l'offensive.

Le FC Brulhois, un club habitué au firmament des épreuves à élimination directe, affiche un rang plus modeste dans la poule A de la catégorie : cinquième place, (10 matchs gagnés, 5 partages des points, 5 défaites), mais 53 buts marqués, 26 encaissés.

Les Montéchois partent logiquement favoris de cette finale ; mais on le sait : une finale reste toujours incertaine ; le pari du bonheur à venir est engagé par les deux clubs !


Ce qu'ils en pensent...

Alain Pecharman (entraîneur de Montech).  «On perçoit cette finale avec un peu d'inquiétude ; la défaite lors de notre dernier match de championnat ne doit pas, cependant, être un frein à notre dynamique. Le Brulhois aime la coupe, nous le savons. Mais notre équipe sera au complet et ce sont les joueurs habituellement retenus qui seront cochés sur la feuille de match. J'ai déjà connu le plaisir d'un Jutgla à la Fobio avec Bessens en compagnie de Frédéric Schaeffer et Christian Tacaille… Un échec que j'espère effacer dès vendredi.»

Julien Galey (président du Brulhois).  «Cette compétition n'était pas forcément l'objectif de la saison ; mais on sait que l'appétit vient en mangeant. On y prend goût ! On va s'efforcer de relever le défi face à cette belle équipe de Montech.»

«Il fallait faire du chiffre»

«La promesse de la formation n'a pas été tenue, c'était une escroquerie», a estimé Denis Gravouil, négociateur assurance-chômage pour la CGT, sur RTL. «En 2016, beaucoup de formations comme celle-ci ont été montées à la hâte par des centres de formation qui n'en étaient pas vraiment. Il fallait faire du chiffre sur l'injonction du gouvernement qui venait de lancer  le plan «500 000 formations» . Mais il n'y avait pas assez de centres de formation pour assurer cet objectif», selon lui. «On ne cherche pas à rendre service aux chômeurs mais à les sortir des statistiques.» Lorsqu'un demandeur d'emploi entre en formation,  il sort en effet des catégories A, B ou C  aux yeux de Pôle emploi. Or ce sont ces catégories qui sont les plus suivies pour commenter, chaque mois, la baisse ou la hausse du chômage.

KRISP® Femmes Sneakers Baskets en Denim Clous Strass Tendance Denim clair

«Une vraie formation qualifiante, ça se prépare et ça se contrôle», souligne encore Denis Gravouil. En tant qu'organisme financeur de ces formations, Pôle emploi a l'obligation légale de mener ces contrôles sur la qualité du contenu des formations proposées. Dans le cas des deux plaignants, «l'inspection du travail a été saisie», a réagi Pôle emploi. «Et plus aucun demandeur d'emploi n'a été envoyé au sein de cet organisme». Sur le  site internet de l'organisme  domicilé dans le 20e arrondissement de Paris, les fiches de formations sont estampillées des logos de la région Ile-de-France ou du Fonds social européen. Mais aucune trace en effet d'un lien avec Pôle emploi.

Selon une enquête réalisée par Pôle emploi en mars 2017, 87,3% des demandeurs d'emploi ayant bénéficié d'une formation par son intermédiaire ont été satisfaits ou très satisfaits. Dans le cas contraire, les demandeurs d'emploi peuvent adresser  une réclamation au médiateur de Pôle emploi.  Les plaintes qui concernent les formations sont le plus souvent liées au fait que ces formations n'ont tout simplement pas lieu. Les deux plaignants demandent 50.000 euros chacun au titre du préjudice financier et moral subi. Si leur recours n'aboutit pas, l'action se poursuivra devant le tribunal administratif, a déjà prévenu leur avocate.

La rédaction vous conseille

JUSTICE  Le patron d’un établissement de nuit du secteur Solférino-Massena, à Lille, a été reconnu coupable d’agression sexuelle contre trois étudiantes…

G.D.

Publié le 01/06/17 à 09h36 — Mis à jour le 01/06/17 à 09h55

0  COMMENTAIRE   123 PARTAGES 

La façade du Smile Club, en journée —  Google Street View

Il était accusé d’agressions sexuelles par trois étudiantes. Le patron du Smile, un bar discothèque du secteur Masséna-Solférino à Lille, a été condamné à un an de prison avec sursis et une mise à l’épreuve pendant deux ans avec obligation de soin,  annonce  La Voix du Nord .

Il leur grimpait sur le dos

A la barre, les trois victimes, âgées de 18, 19 et 22 ans, ont raconté le même scénario. Le gérant des lieux, Abdelali J., les isolait dans une pièce pour leur proposer de grimper sur leur dos. Un jeu censé tester leur résistance mais qui permettait surtout au prévenu de frotter son sexe contre leurs reins.

ItalDesign , Chaussons montants femme Grün Olive BY3101

« Mon principal regret est que cette affaire vienne si tard. Il aura fallu deux ans et trois plaintes », a regretté le procureur de la République. La première plainte d’une jeune fille, en juin 2015, avait été classée sans suite. Deux autres avaient, à leur tour, déposé plainte plus tard, en septembre 2016 et en avril 2017.

« Elles le prenaient à la rigolade »

A la barre, le prévenu a admis « avoir fait ça deux ou trois autres fois, mais elles le prenaient à la rigolade ». « Les trois jeunes femmes ont accepté que mon client monte sur leur dos. L’une d’elles a aussi accepté un selfie ensuite avec lui », a plaidé Me Benoît Cousin, avocat d’Abdlali J..

Un argument réfuté par le procureur qui a évoqué une « victime n’osant pas refuser par peur ». A 48 ans, le gérant du Smile est donc condamné, mais il pourra continuer à gérer son établissement. L’interdiction, demandée par le procureur, n’a pas été retenue par les juges.

1 ère webtv aéronautique au monde, aeronewstv propose chaque jour de nouveaux reportages vidéos sur l'actualité aéronautique en France et dans le monde
Industrie
Transport
Métiers
Offres d'emploi
Lifestyle
Evénements
aeronewstv
ARMISTICE Stone One Spark Argent Argent